espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

Infos rapides Grandes cultures : Novembre 2016

Lectures : 54310 novembre 2016

Les intempéries de mai et juin ont fortement réduit le potentiel de rendements des cultures d’hiver et de printemps. Puis, le manque de pluie en juillet et en août a pénalisé le développement des cultures d’été. Selon les estimations au 1er novembre 2016, la production de céréales atteindrait 54,9 Mt en 2016. Ce serait le plus faible niveau depuis 2003.

La production de blé tendre s’établirait à 28,1 Mt en 2016, soit - 31 % par rapport au record de 2015 et - 24 % par rapport à la moyenne 2011-2015. En blé dur, la production s’élèverait à 1,6 Mt (- 13 % sur un an). La récolte d’orges atteindrait 10 Mt (- 23 % sur un an et - 9 % par rapport à la moyenne 2011-2015). La récolte de maïs-grain (y.c. semences) atteindrait 12,5 Mt, en baisse de 9 % sur un an et de 20 % par rapport à la moyenne 2011-2015. La production de colza serait de 4,6 Mt (- 13 % sur un an). La production de tournesol augmenterait de 4,6 % sur un an, à 1,2 Mt, mais serait inférieure de 21 % à la moyenne 2011-2015. Celle des protéagineux, à 0,7 Mt, chuterait de 26 % sur un an. La récolte de betteraves industrielles, estimée à 33,5 Mt, se stabiliserait par rapport à 2015, la hausse des surfaces compensant la baisse des rendements. La production de pommes de terre de conservation et demi-saison atteindrait 5,2 Mt, en baisse de 3,5 % sur un an.

Surfaces et productions 2016 en France : estimations au 1er novembre 2016

Les faits marquants : En 2016, la production de céréales diminuerait de 24 % sur un an et celle d’oléagineux de 9 %. Les conditions météorologiques ont été défavorables au développement des grandes cultures. Après les intempéries de mai-juin qui ont pénalisé les cultures d’hiver et de printemps, la faiblesse des précipitations en juillet et en août a entamé le développement des cultures d’été.

Les cultures d’hiver ont pâti à partir de la mi-mai d’un manque de luminosité et de chaleur. L’excès de pluie, notamment dans le bassin parisien, a favorisé la prolifération d’insectes, de maladies, de champignons et de ravageurs. Les inondations intervenues fin mai-début juin ont localement entraîné des dégâts importants. A l’inverse, en juillet et en août, les précipitations ont été très faibles, pénalisant le développement des cultures d’été. La production totale de céréales est estimée à 54,9 Mt, en baisse de 24 % sur un an et de 20 % par rapport à la moyenne 2011-2015. La récolte de céréales 2016 serait comparable à celle de 2003, année de grande sécheresse.

Blé tendre : chute de la production

La production de blé tendre s’établirait à 28,1 Mt, soit - 31 % par rapport au record de production de 2015 et - 24 % par rapport à la moyenne 2011-2015. Lors des périodes critiques de la floraison et du remplissage des grains, le manque de chaleur et de luminosité ainsi que l’excès d’humidité ont fortement pénalisé le rendement. Estimé à 53,8 q/ha, celui-ci chuterait (- 32 % par rapport à 2015 et - 27 % par rapport à la moyenne 2011-2015) et serait le plus faible depuis plus de 30 ans. Les rendements reculeraient de 48 % en Ile-de-France et de 38 % dans le Centre-Val de Loire par rapport à la moyenne 2011-2015.

Blé dur : hétérogénéité des rendements

A 1,6 Mt, la production de blé dur diminuerait de 13 % sur un an malgré une hausse de 14 % des surfaces. Le rendement diminuerait de 24 % sur un an et de 18 % par rapport à la moyenne 2011-2015. Le Centre-Val de Loire a été très touché par les intempéries. Au contraire, dans les régions du sud de la France, les rendements seraient plus élevés que la moyenne 2011-2015.

Orges : diminution de la production

La récolte d’orges atteindrait 10 Mt, en baisse de 23 % par rapport à la forte récolte de l’année dernière et de 9 % par rapport à la moyenne 2011-2015. Le rendement des orges d’hiver diminuerait de 17 % par rapport à la moyenne 2011-2015 et celui des orges de printemps de 20 %. La pression parasitaire a été forte cette année, avec notamment la présence importante de jaunisse nanisante de l’orge.

Maïs : baisse de la production

La production de maïs-grain (y compris semences) atteindrait 12,5 Mt. Elle serait en baisse de 9 % sur un an et de 20 % par rapport à la moyenne 2011-2015. Pour la deuxième année consécutive, un déficit estival de pluie diminuerait les rendements, surtout sur les parcelles nonirriguées. La production reculerait de 20 % par rapport à la moyenne 2011-2015 sous l’effet d’une baisse du rendement et des surfaces.

En maïs-fourrage, la production reculerait de 5,5 % sur un an et de 12 % par rapport à la moyenne 2011-2015, à cause de la faiblesse des rendements. Des parcelles destinées initialement au maïs-grain pourraient être récoltées en maïs-fourrage, certains éleveurs ayant besoin de fourrage pour leurs animaux.

Colza : recul de la production

La récolte de colza s’établirait à 4,6 Mt (- 13 % sur un an). Le rendement diminuerait de 14 % par rapport à 2015 et de 11 % par rapport à la moyenne 2011-2015. Le manque de luminosité, les maladies et les attaques d’insectes ont amputé le rendement dans le bassin parisien et dans l’est de la France.

Tournesol : augmentation de la production

La production de tournesol s’établirait à 1,2 Mt. Elle augmenterait de 4,6 % par rapport à 2015, année de faible rendement lié à la sécheresse. Néanmoins, elle serait inférieure de 21 % à la moyenne 2011-2015, les surfaces diminuant de 16 %.

Protéagineux : chute des rendements

Les conditions climatiques ont durement frappé les protéagineux. La production diminuerait sur un an de 26 % et de 20 % par rapport à la moyenne 2011-2015. Les rendements seraient inférieurs de 32 % à la moyenne 2011-2015. La production de pois protéagineux chuterait de 27 % sur un an, malgré la hausse des surfaces, et de 17 % par rapport à la moyenne 2011-2015. La récolte de féveroles diminuerait de 23 % par rapport à 2015 et de 30 % par rapport à la moyenne 2011-2015.

Pommes de terre : repli de la production en conservation et demi-saison

La récolte de pommes de terre de conservation et demi-saison attendrait 5,2 Mt. Elle diminuerait de 3,5 % sur un an. Le rendement serait en baisse de 7 % sur un an et de 10 % par rapport à la moyenne 2011-2015. Les pommes de terre ont notamment souffert du mildiou à la suite de l’excès d’eau du printemps. La croissance des plantes a également été touchée par le manque de pluie en août.

En féculerie, la production atteindrait 1 Mt. Elle serait en hausse de 10 % sur un an, surface et rendement augmentant. Toutefois, elle diminuerait de 2 % par rapport à la moyenne 2011-2015. La Somme, la Marne et l’Aisne concentrent plus de 70 % de la production.

Betteraves industrielles : stabilisation de la récolte

La récolte de betteraves industrielles serait stable par rapport à 2015. La hausse des surfaces (+ 3,9 %) compenserait la baisse des rendements (- 3,8 %). Par rapport à la moyenne 2011-2015, la baisse de la production serait de 5 % et celle des rendements de 7 %. Les excès d’eau du printemps ont provoqué des retards de végétation et l’apparition de maladies. Puis, le manque de pluie de l’été a pénalisé la croissance des betteraves industrielles.

Source : Agreste Infos rapides ─ Grandes cultures et fourrages ─ novembre 2016 ─ n°09/10

Source : http://www.abc-eleveurs.net/cultures/dossiers/2586-infos-rapides-grandes-cultures-novembre-2016

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters