espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

La serradelle, reine des sols acides

Lectures : 63621 janvier 2017

serradelle 500

Légumineuse annuelle d'hiver, la serradelle peut être cultivée partout et est particulièrement adaptée aux mélanges avec les graminées.

Ornithopus sativus et Ornithopus compressus, respectivement serradelle rose et jaune. Légumineuse annuelle d'hiver originaire du bassin méditerranéen, elle fait partie de ces légumineuses un temps oubliées dont on redécouvre les intérêts. Il y a un nombre incroyable de légumineuses méconnues, pas ou peu utilisées dans les mélanges et qui ont un intérêt agronomique. La serradelle en est un bon exemple. Elle commence à être de nouveau travaillée, particulièrement en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Europe de l'Est et aux USA.

Elle peut être cultivée partout, avec une prédilection pour les sols acides. Et en France, il y a un réel manque de légumineuses adaptées à ce type de sol. L'objectif est d'élargir l'offre pour mettre la bonne espèce au bon endroit.

Un cycle naturellement adapté à la sécheresse

La serradelle se sème du 15 août au 15 octobre. Elle entre en dormance l'hiver et repart rapidement au printemps pour une floraison en mai. Elle produit beaucoup de graines, des semences dures, qui vont germer à l'automne, mais pas toutes la même année. C'est le principe utilisé par les Australiens. Ils sèment des annuelles et sortent les animaux des pâtures pour permettre la montée en graine la première année. La serradelle redémarre très vite à l'automne à partir des semences émises. Dans un contexte de réchauffement climatique et d'accentuation des périodes de sécheresse estivale, elle a un cycle naturellement adapté à la sécheresse. Si on la laisse grainer la première année, cela permet d'assurer trois ans de régénération. Ses inconvénients : elle n'aime pas les sols alcalins et battants, et si on ne la laisse pas grainer, elle ne dure qu'une année. Une inoculation préalable avec le rhizobium qui lui est spécifique assure son implantation.

De 6 à 16 t MS/ha selon la variété

Tant au pâturage qu'en fauche, la serradelle a une bonne valeur alimentaire, avec un taux de protéine de 25 % et une digestibilité de 75 %. Fourrage hautement appétent, il présente l'avantage d'être non météorisant. Il faut cependant être vigilant au moment de la récolte, elle sèche vite à maturité et il faut la récolter rapidement après le début de sa floraison. La productivité annuelle de la serradelle en fourrage est bonne, mais très variable selon les variétés: entre 6 et 16 tonnes de matière sèche par hectare.

serradelle melange 250

Utilisé toujours en mélanges, pour répondre à une problématique de sol acide et/ou de sécheresse. Elle n'équivaut pas à une luzerne en pur, mais elle a un réel intérêt en mélange, par exemple en prairie permanente avec du trèfle blanc, du trèfle violet ou du ray-grass. Dans des conditions non défavorables, on garde la proportion de serradelle de départ, à condition qu'elle soit inoculée.

Source : Panorama de presse Réussir Bovins Viande

Source : http://www.abc-eleveurs.net/cultures/dossiers/2651-la-serradelle-reine-des-sols-acides

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters