espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

Implantation du sorgho : Soigner la préparation du lit de semence et la qualité du semis

Lectures : 2281 juillet 2017

logo arvalis 150

L’implantation est une étape clé de l’itinéraire technique du sorgho. Dates de semis, densités optimales, protection des semis, engrais starter… voici quelques recommandations pour bien démarrer la campagne.

La graine est de petite taille et les besoins en températures de la culture sont plus élevés que les autres cultures d’été. Il est donc nécessaire d’obtenir un contact sol-graine satisfaisant et de semer sur un sol réchauffé (la température du sol doit être supérieure à 12°C) afin d’assurer une levée rapide et régulière. De fait, la période optimale de semis se situe au cours de la première quinzaine de mai ou, au plus tôt, à partir du 20 avril dans parcelles saines se réchauffant facilement.

L’utilisation d’un semoir monograine assure une meilleure maîtrise de la densité de semis, une régularité de profondeur et de répartition des semences sur la ligne et permet la réalisation de binages. Il est toutefois possible d‘utiliser un semoir à céréales performant (distribution et mise en terre) en fermant un rang sur deux ou deux rangs sur trois.

Quelle densité de semis ?

La densité de semis doit prendre en compte plusieurs facteurs. Plus une variété est précoce, plus faible est l’indice foliaire et le nombre de grains sur sa panicule. De ce fait, les variétés les plus précoces nécessitent des densités de peuplement plus élevées que des variétés plus tardives.

La densité de semis doit être adaptée également à la réserve utile du sol. En conditions séchantes, les peuplements trop élevés favorisent une forte production de biomasse, ce qui accentue les phénomènes de concurrence précoce entre les plantes et accélèrent l’épuisement de la réserve en eau.

En cas de stress hydrique précoce, les difficultés d’épiaison sont accentuées ; si, au contraire, le stress hydrique intervient pendant la phase de formation et de remplissage des grains, les risques de verse physiologique et de maladies de bas de tiges (macrophomina, fusariose) sont accrus.

En situation irriguée ou dans les milieux à forte réserve en eau, les densités de peuplements plus élevés sont valorisées et permettent de maximiser le rendement.

Enfin, dans tous les cas il faut tenir compte du taux de perte à la levée. En bonnes conditions, il se situe autour de 20 % mais il peut être plus élevé si les conditions d’implantation sont défavorables (mauvaise qualité de semis, sol froid…).

Figure 1 : Recommandations de densité de semis en nombre de graines par hectare

sorgho implantation 500

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Une protection insecticide au semis peut être nécessaire

Le sorgho est exposé à des dégâts de ravageurs du sol, en particuliers le taupin, dans les parcelles à risques. Dans ces parcelles, une protection insecticide au semis est nécessaire (figure 2). Il est important de rappeler que l’utilisation de ces micro-granulés, quels qu’ils soient, doit être faite avec un diffuseur.

Figure 2 : Efficacité des différentes solutions de protection insecticide autorisées au semis du sorgho

insecticide sorgho 500

Cliquez sur l'image pour agrandir

Utiliser un engrais starter pour aider au démarrage de la culture

Comme en maïs, la localisation d’un engrais starter au semis peut permettre d’assurer une meilleure vigueur au départ et une levée homogène du sorgho. Il peut également présenter un intérêt en accompagnement de la lutte contre les ravageurs du sol. L’élément le plus concerné est le phosphore. L’engrais starter doit être positionné en dessous du niveau de la graine et à 4-5 cm de la ligne de semis (semoir équipés de fertiliseur en localisé).

L'importance du désherbage

Le sorgho est une culture sensible à la concurrence précoce des mauvaises herbes. La qualité de l’implantation est un premier facteur de réussite du désherbage, en permettant une levée rapide et homogène de la culture pour faciliter le positionnement optimum des herbicides et assurer un recouvrement de l’inter-rang. Une autre exigence essentielle est de semer sur un sol propre, indemne d’adventices levées (ou en cours de levée).

L’utilisation de solutions complémentaires de désherbage mécanique avec un passage de herse étrille (ou houe rotative) dans les 48 heures après le semis peut apporter une aide efficace à la maitrise des mauvaises herbes ; ce type d’intervention peut également s’avérer très utile en cas de formation d’une croute de battance suite à de forts abats d’eau avant la levée.

L’autorisation de mise en marché du Calliprime-Xtra à la dose de 0,2 l/ha sur sorgho marque le retour de solutions de désherbage en prélevée de la culture. Cette solution doit s’envisager dans le cadre d’un programme avec un rattrapage le plus souvent nécessaire en postlevée.

Source : Jean Luc VERDIER (ARVALIS - Institut du végétal)

Source : http://www.abc-eleveurs.net/cultures/dossiers/2820-implantation-du-sorgho-soigner-la-preparation-du-lit-de-semence-et-la-qualite-du-semis

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters