espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

Repro 2020 : un programme de réflexion sur la reproduction des bovins allaitants.

Lectures : 136228 septembre 2015

repro2020

Les OS des 3 principale races allaitantes sont partenaires.

Un Comité d’Experts s’est constitué sous la présidence du Professeur Sylvie Chastant de l’Ecole nationale Vétérinaire de Toulouse avec le soutien de MSD Santé Animale. Celui-ci considère la reproduction comme levier pour l’amélioration de la rentabilité en élevage allaitant. Beaucoups d’études montrent l’importance d’une gestion rigoureuse de la reproduction pour une bonne efficience économique des élevages.

Le revenu dépend de la productivité numérique

L’éleveur naisseur qui veut améliorer son revenu porte naturellement attention au poids à la naissance, au poids au sevrage et au GMQ. Néanmoins, les études des organismes de conseil (Institut de l’Elevage, Chambres d’Agriculture, Bovins Croissance, …) nous montrent qu’un des leviers principal est la productivité numérique globale : le nombre de veaux sevrés par vache présente.

La maitrise de l’IVV reste un objectif prioritaire

En élevage laitier, l’objectif d’avoir un veau par vache et par an est peu à peu abandonné. En effet, même vide une vache laitière continue à produire surtout si la courbe de lactation se caractérise par une bonne persistance. Mais en élevage allaitant, une vache vide est une vache improductive et le critère « 1 veau par vache et par an » reste un objectif pertinent. Sa réalisation dépend en partie de l’IVV : une augmentation de 20 jours d’IVV moyen dans un troupeau de 75 mères, c’est 4 veaux en moins par an.

Un IVV moyen élevé, une fatalité ?

Certain élevages affichent un IVV de plus de 400 jours quand d’autres atteignent 380 jours et même 378 pour la Salers en moyenne (1). Si la durée de gestation plus longue pour certaine race peut, en partie, expliquer cela, il n’en demeure pas moins qu’une grande variabilité existe au sein d’une même race. Ainsi, pour les 3700 élevages charolais suivis au niveau national du 1er août 2012 au 31 juillet 2013 par Bovins Croissance, les élevages du quart supérieur (classement sur la productivité numérique) ont un IVV moyen de 378 jours tandis que la moyenne tout élevage confondu est de 384 jours. Les conditions d’élevage et le mode de conduite sont autant de facteurs explicatifs de ces différences.

Certains élevages Blondes d’Aquitaine sèvrent 9 veaux de plus avec 1 vache en moins

Les résultats 2013 publiés par Bovins Croissance(2) (Campagne d’août 2012 à juillet 2013) pour les 2112 élevages Blonde d’Aquitaine inscrits sont éloquents. Le quart supérieur des élevages, classés sur la productivité globale, sèvre 9 veaux de plus en élevant 1 vache de moins. Certes une mortalité inférieure explique en partie ces résultats (7.6 % de mortalité avant sevrage pour les meilleurs contre 10.7% pour l’ensemble des élevages inscrits à Bovins Croissance). Mais la conduite du troupeau, et de la reproduction en particulier expliquent aussi ces différences. Ainsi, les élevages du quart supérieur ont un IVV moyen des multipares de 382 jours contre 397 jours en moyenne pour l’ensemble des élevages ! Bien sûr la politique de réforme et de renouvellement jouent un rôle important dans ces résultats. Ici, les 25 % des meilleurs élevages présentent un taux de vêlage de 110 % contre 96 % pour l’ensemble des élevages (le taux de vêlage correspond au nombre de vêlages divisés par le nombre de vaches présentes au prorata des jours effectif de présence dans la campagne de vêlage).

Un impact économique de plus de 5000 €

Si l’on considère qu’une vache vide coute 1€ d’entretien par jour et que les broutards se vendent 3.30 €/kg vif, Bovins Croissance estime à 5000 € la différence de gain, sur une campagne, entre les élevages du quart les plus performants et l’ensemble des élevages, à taille de troupeau équivalente.

Une autre façon de gagner plus : grouper les vêlages.

Différentes études ont déjà montré que le groupage des vêlages est associé avec de meilleures performances de l’élevage(3) : IVV réduit, moindre mortalité et même meilleur GMQ des veaux issus d’élevages où la pratique du groupage est intensifiée. Un focus particulier de Bovins Croissance, sur la relation entre groupage des vêlages et mortalité(4), permet effectivement de constater que, plus les vêlages sont groupés, plus la mortalité est faible. Ainsi sur la figure 1, illustrant cette étude en élevages Charolais, les élevages avec le taux de mortalité le plus bas sont ceux où l’on rencontre le plus de vêlages groupés. Dans les 3.623 élevages suivis, il est constaté une diminution de la mortalité avant sevrage avec l’augmentation de l’intensité des groupages. En effet, dans les élevages à faible taux de mortalité (<3%), 50% des vêlages sont groupés (plus de 80% des vêlages sur 90 jours consécutifs). Cette proportion tombe à 22% dans les élevages à fort taux de mortalité (>15%).

Figure 1 : répartition des élevages selon la classe de mortalité et l’intensité des groupages de vêlage

figure repro2020 530

Des partenaires très complémentaires échangent leurs expériences

Repro 2020 se félicite d’avoir réussi à faire dialoguer entre eux des intervenants de différents horizons :

  • Académiques : l’INRA, les Ecoles Vétérinaires,

  • Techniques et d’organismes de Conseil : l’Institut de l’Elevage, France Conseil Elevage, les Chambres d’Agriculture

  • Opérationnels : les Coopératives d’insémination, les vétérinaires (sous l’égide de la SNGTV)

  • Et bien sûr les Organismes de Sélection des principales races allaitantes.

Rendez-vous au Sommet de l’Elevage en octobre 2015

Chacun des trois groupes de réflexion ainsi constitués présentera les résultats de ses travaux au Sommet de l’Elevage en octobre prochain : Le mercredi 7 octobre de 16h à 19h dans l’espace conférences du Sommet de l’Elevage.

Références

  1. Dossier économie de l’Elevage, N° 415, Institut de l’Elevage Juillet 2011

  2. Résultats 2013 des 2112 élevages de Blondes d’Aquitaine suivis par Bovins Croissance

  3. expl, Réseaux d’élevage / CA 62, Juin 2012, Guy Corbeille, 3000 troupeaux/10 ans et Référentiel Bovins Croissance, Résultats 2011.

  4. Résultats 2013 des 3623 élevages Charolais suivis par Bovins Croissance

POur plus d'informations téléchargez le poster lié à cet évènement en cliquant ici.

Source : http://www.abc-eleveurs.net/elevages/dossiers/1490-repro-2020-un-programme-de-reflexion-sur-la-reproduction-des-bovins-allaitants

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters