espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

Quels sont les rôles, impacts et services issus des élevages en Europe ?

Lectures : 5797 décembre 2016

Depuis plus d’une dizaine d’années, les enjeux de sécurité alimentaire et les dommages tant climatiques qu’environnementaux associés à l’élevage sont objet de débats parfois virulents. A la demande des ministères en charge de l’environnement et de l’agriculture et de l’ADEME, l’Inra a mené, pendant 2 ans, une expertise scientifique collective sur les rôles, impacts et services environnementaux, économiques et sociaux issus des élevages européens et de leurs produits. Un colloque de restitution des résultats de cette expertise s’est tenu le 30 novembre 2016 à Paris.

inra delaby vache 500

L’élevage, secteur majeur pour l’économie de nombreux territoires et structurant beaucoup de paysages ruraux européens, fait l’objet de débats médiatiques et scientifiques, notamment depuis la publication en 2006 du rapport « Livestock’s long shadow » de la FAO1. Avec une contribution de 14,5 % estimée en 2013 des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), l’élevage est une des causes majeures du réchauffement climatique. Son emprise territoriale (3/4 des surfaces agricoles mondiales) et la faible efficacité de la conversion protéique cultures-ruminants sont également ciblées.

Dans un tel contexte, il est apparu nécessaire d’étayer les arguments des débats en faisant le point sur l’état des connaissances scientifiques relatives aux rôles, impacts et services environnementaux, économiques et sociaux issus des élevages européens et leurs produits. C’est pourquoi les ministères français en charge de l’Environnement et de l’Agriculture et l’ADEME ont sollicité l’Inra pour réaliser une expertise scientifique collective (ESCo). Celle-ci met en lumière la limite des généralisations et des approches systématiquement globales, tant la diversité des territoires et des systèmes d’élevage est importante. Le cadre d’analyse retenu privilégie alors une analyse par « bouquets de services » et leur déclinaison territoriale en fonction des caractéristiques clés des territoires d’élevage européens.

Une approche inédite par « bouquets de services »

Cette expertise scientifique collective est centrée sur les effets à l’échelle européenne des grandes catégories de l’élevage terrestre : bovins, petits ruminants (ovins et caprins), porcs et volailles ainsi que leurs filières. Cinq grands domaines impliqués dans la production et la consommation humaine de produits d’origine animale ont été définis et scrutés : les marchés, l’emploi et le travail, les intrants, l’environnement et le climat, les enjeux sociaux et culturels.

Face à la complexité et à la multiplicité des paramètres à prendre en compte, les experts se sont appuyés sur une méthodologie par bouquet de services. Cette méthodologie permet de rendre compte des synergies et antagonismes entre impacts et services issus de l’élevage et notamment de mettre en évidence que l’augmentation de la fourniture d’un service est souvent contrebalancée par la diminution d’une autre. Ce type d’approche permet in fine d’examiner le résultat des compromis qui en résultent.

Quelques chiffres issus de l’ESCo

  • La consommation européenne de produits animaux alimentaires est deux fois plus élevée que la moyenne mondiale, elle stagne cependant depuis les années 90.

  • Les élevages européens, responsables de 45 % de la production agricole finale, emploient environ 4 millions d’actifs dont 80 % dans les nouveaux Etats membres ; s’y ajoute 1 million d’emplois dans les industries des filières animales.

  • L’Union européenne importe 70 % des protéines d’oléo-protéagineux (surtout le soja) destinées à l’alimentation de ses animaux.

  • L’élevage consomme environ 45 % de l’énergie utilisée en agriculture.

  • Dans l’Union européenne, environ 42 % des émissions de l’élevage proviennent de l’alimentation animale, 22 % de la fermentation entérique, 19 % des effluents d’élevage et 17 % de la consommation d’énergie directe et indirectes.

  • 75 % des maladies infectieuses humaines émergentes sont zoonotiques (transmises de l’animal à l’homme ou inversement).

Des leviers d’action dans des territoires contrastés

La variabilité des bouquets de services a été examinée selon les territoires d’élevage en Europe, ceux-ci étant identifiés à partir de deux déterminants : d’une part, la densité animale et d’autre part, la place de l’herbe dans le territoire et l’alimentation du bétail. Plusieurs types de territoires se dégagent avec pour chacun, un certain nombre de leviers d’action.

Dans les territoires peu herbagers à haute densité animale qui regroupent 30 % du cheptel européen, la gestion des pollutions, notamment locales, et la limitation des intrants sont au cœur des enjeux. Dans le cas des monogastriques, les leviers d’actions concernent l’optimisation de l’alimentation (via l’amélioration de la conversion alimentaire par la génétique, les modes d’élevage, la composition des bâtiments…), l’aménagement des bâtiments, le niveau de valorisation des animaux, la qualité sanitaire des troupeaux ou le traitement des effluents. Dans les systèmes de ruminants, le levier d’action principal est l’augmentation, quand elle est possible, du recours au pâturage.

Dans les territoires d’élevage à dominante herbagère, concernant essentiellement les ruminants, l’enjeu se concentre autour de la productivité de l’herbe et des signes de différenciation par la qualité des produits. Les systèmes herbagers ne cherchant pas systématiquement à maximiser la production mais plutôt à valoriser les ressources locales, les leviers d’action ne peuvent être envisagés qu’en adéquation avec le contexte local.

Les territoires alliant cultures et élevage, quant à eux, accueillent autant les monogastriques que les ruminants. Ces systèmes permettent de fournir de nombreux services, en particulier en améliorer la qualité des sols et la trame paysagère et en rendant plus efficace le bouclage des cycles biogéochimiques. Pour profiter au maximum des avantages d’une telle association en un même territoire, ces systèmes de polycultures-élevages doivent s’organiser autour du maintien de l’élevage.

Cet inventaire des effets que les élevages européens ont d’un point de vue économique, environnemental et social, permet de dresser un panorama exhaustif de chacun d’eux sans pour autant en proposer un bilan global. Approfondir l’analyse des bouquets de services par type de territoire, réfléchir à l’articulation et aux interrelations entre ces différents types, anticiper leurs évolutions respectives et communes nécessitent de poursuivre les efforts de recherche. Quelques pistes pour y parvenir seraient de mieux intégrer tous les services rendus par l’élevage, de rendre plus visible le bouquet des services ou encore d’affiner l’analyse des effets de la réduction de la consommation en produits animaux (par exemple, en tenant mieux compte des comportements des consommateurs, de la qualité nutritionnelle des aliments d’origine animale, de leurs impacts nutritionnels, des conséquences sur les filières).

1 : L’ombre portée de l’élevage: H. Steinfeld, P. Gerber, T. Wassenaar, V. Castel, M. Rosales, C. de Haan, 2006, Livestock’s long shadow, environmental issues and options, FAO (l’organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture).

TELECHARGER LES DOCUMENTS DE L'EXPERTISE

L’expertise scientifique collective

L’ESCo est une activité d’expertise institutionnelle, régie par la charte nationale de l’expertise, dont se sont dotés les organismes de recherche français.

Elle se définit comme une activité d’analyse critique et d’assemblage des connaissances produites dans des champs très divers du savoir, et pertinentes pour éclairer l’action publique. Cet état des connaissances le plus complet possible, et son analyse, ne fournit ni avis, ni recommandation, ni point de vue opérationnel aux questions posées par la puissance publique. Dans la présente expertise, le travail a réuni 27 chercheurs (dont un tiers extérieur à l’Inra) en sciences animales, sciences de l’environnement, sciences économiques et sociales. Pendant 2 ans, ils ont analysé près de 2 500 références bibliographiques pour parvenir à l’élaboration d’un rapport et d'une synthèse, destinée aux décideurs et au débat public.

Source : INRA - http://presse.inra.fr/Ressources/Communiques-de-presse/expertise-elevage

Photo : Élevage. © Inra, DELABY Luc

Source : http://www.abc-eleveurs.net/elevages/dossiers/2615-quels-sont-les-roles-impacts-et-services-issus-des-elevages-en-europe

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters