espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

Infos rapides Lait : Mai 2017

Lectures : 29917 mai 2017

En mars 2017, la collecte de lait de vache baisse de 1,2 % par rapport au mois de mars 2016. Les prix du lait sont plus élevés que l'an passé, mais fléchissent par rapport au mois précédent. Le prix du lait standard s’établit en moyenne à 318 €/1 000 litres, en hausse de 30 €/1 000 litres par rapport à mars 2016 et en recul de plus de 7 €/1 000 litres par rapport à février 2017. Le prix du lait à teneurs réelles s’établit à 336 €/1 000 litres, soit une hausse de 28 €/1 000 litres par rapport à mars 2016, et un recul de 10 €/1 000 litres par rapport à février 2017.

En cumul sur le 1er trimestre 2017, les fabrications de produits laitiers au lait de vache pénalisées par le déficit de matière première sont majoritairement orientées à la baisse. Les collectes de lait de chèvre et de lait de brebis reculent nettement en mars 2017 par rapport à mars 2016 (respectivement - 6,1 % et - 2 %). Les évolutions des fabrications de produits laitiers au lait de chèvre et de brebis sont hétérogènes.

Lait de vache : principales tendances de la collecte et des prix du lait

Les faits marquants : Baisse modérée de la collecte de lait de vache et recul des prix du lait en mars 2017

En mars 2017, la collecte de lait de vache baisse de 1,2 % par rapport à mars 2016 et diminue de 4 % en cumul sur la campagne 2016/2017 par rapport à campagne précédente. La sécheresse précoce de la fin de l'hiver et du début du printemps qui a considérablement freiné la repousse de l'herbe, conjuguée à la qualité et la quantité médiocres des stocks de fourrages de 2016, ont limité la nourriture des animaux et ainsi enrayé la reprise saisonnière de la collecte.

En mars 2017, le prix du lait standard 38/32 g/l s’établit à 318 €/1 000 litres en moyenne et celui du lait à teneurs réelles à 336 €/1 000 litres. Le prix du lait standard augmente de 30 €/1 000 litres par rapport à celui observé un an auparavant mais recule de 7 €/1 000 litres par rapport au mois précédent. Le prix du lait à teneurs réelles est quant à lui supérieur de 28 €/1 000 litres au prix observé un an auparavant mais en retrait de 10 €/1 000 litres par rapport à février 2017. La part de la collecte de lait de vache bio représente 2,3 % de la collecte totale en mars 2017.

D’après Eurostat, la collecte laitière européenne (UE28) recule de 1,1 % en février 2017 par rapport à février 2016 (effet année bissextile corrigé). L'évolution de la collecte est orientée à la baisse en Allemagne (- 3,7 %) et au Royaume-Uni (- 1,6 %). La collecte reste stable aux Pays-Bas (- 0,1 %) et progresse plus fortement en Pologne et en Italie (respectivement + 5,2 % et + 3,8 %).

Lait de vache : principales tendances de la collecte par bassins laitiers

Les faits marquants : La collecte de lait de vache se redresse dans les plus grands bassins laitiers

En mars 2017, la collecte de lait de vache se redresse et progresse dans les deux plus grands bassins laitiers par rapport à mars 2016 : + 3,4 % dans le Grand-Ouest, et + 1,1 % en Normandie. Elle est cependant toujours déficitaire dans les autres bassins et notamment dans le Grand-Est, où le retrait est supérieur à 7 % d'une année sur l'autre. Dans les bassins Nord-Picardie et Sud-Est, la baisse est moins marquée (respectivement - 0,7 % et -2,2 %).

Calculée sur un an, la hausse du prix du lait est supérieure à 10 % dans les bassins Grand-Ouest et Nord-Picardie. Cependant, sur le 1er trimestre 2017, le prix recule d'un mois sur l'autre dans la plupart des bassins.

Lait de vache : fabrications de produits laitiers

Les faits marquants : Recul des fabrications de produits laitiers sur le 1er trimestre 2017

En cumul sur le 1er trimestre 2017, une grande majorité des fabrications de produits laitiers est en retrait en raison du déficit de matière première par rapport à 2016. Les fabrications de lait conditionné baissent de 4,5 %, celles de yaourts et desserts lactés de 2 % tandis que les fabrications de crème conditionnée progressent de 2,4 %.

Parmi les principales fabrications de fromages, celles de fromages frais baissent de 2,9 % par rapport au 1er trimestre 2016 et celles de fromages à pâte molle diminuent de 3 %, les fabrications de fromages à pâte persillée baissent de 2,3 % et celles de fromages à pâte pressée cuite de 7,4 %. La situation est plus favorable pour les fabrications de fromages à pâte pressée non cuite en hausse de 3 % et surtout celles de fromages à pâte filée qui progressent de 14,1 % d'une année sur l'autre.

Parmi les produits industriels, les fabrications de matières grasses reculent de 8,7 % et celles de poudres séchées de 11 % par rapport au 1er trimestre 2016. Les fabrications de poudre de babeurre reculent de 3,2 % et celles de poudre de lactosérum diminuent de 0,7 % sur la même période.

Lait de chèvre : principales tendances

Les faits marquants : La collecte de lait de chèvre recule encore en mars 2017

En mars 2017, la collecte de lait de chèvre est toujours aussi déprimée et baisse de 6,1 % par rapport au mois de mars 2016. En cumul sur le 1er trimestre 2017 la collecte recule de 6,6 % par rapport à l'an passé.

En mars 2017, les fabrications de produits laitiers au lait de chèvre sont contrastées par rapport à mars 2016 : les fabrications de lait conditionné progressent de 13 % tout comme celles de yaourts et laits fermentés en hausse de 5,2 % sur la même période. En revanche, les fabrications de fromages pur chèvre reculent de 1,9 %, en lien avec la baisse des fabrications de bûchettes (- 8,5 %).

Lait de brebis : principales tendances

Les faits marquants : Baisse modérée de la collecte de lait de brebis en mars 2017

En mars 2017, la collecte de lait de brebis baisse de 2 % par rapport au mois de mars 2016. En cumul sur le 1er trimestre 2017, la collecte recule de 4,1 % par rapport à la même période de 2016.

En mars 2017, l'évolution des fabrications de fromages au lait de brebis est orientée à la hausse par rapport à mars 2016 : + 1,2 % pour les fabrications de fromages pur brebis, + 8,5 % pour l’Ossau-Iraty et + 8,2 % pour les autres pâtes pressées non cuites. Seules, les fabrications de Roquefort reculent de 9,4 %.

Source :

Agreste Infos rapides ─ Lait - Mai 2017 - n° 05

Source : http://www.abc-eleveurs.net/elevages/dossiers/2786-infos-rapides-lait-mai-2017

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters