espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

La luzerne déshydratée : intérêt alimentaire

Lectures : 59413 juillet 2017

Comment sont fabriquées les différentes qualités de luzerne déshydratée que l’on trouve sur le marché ?

En fonction des conditions climatiques, des périodes de récolte et des coupes, les caractéristiques de la luzerne déshydratée peuvent varier.

La différenciation est notamment basée sur les taux de protéines (de 15 à 23%), de carotène, de xanthophylles et de cellulose.

Plus une luzerne sera récoltée jeune, plus elle contiendra d'énergie (et de protéines). 

calendrier net

Afin d’homogénéiser ces variabilités, certains opérateurs disposent de silos dans lesquels les différentes qualités de luzerne réceptionnées sont mélangées pour obtenir des lots de qualités homogènes. Ces qualités sélectionnées, sont ensuite stockées dans des cellules dédiées.

Les luzernes déshydratées, ainsi triées et répertoriées selon leurs valeurs protéiques et nutritionnelles permettent de répondre aux besoins des différents types d’élevages et aux performances souhaitées.

La luzerne déshydratée peut ainsi se proposer sous une dizaine de références - de produits normés et stables - quelle que soit la période d'expédition.

Nutriments et valeurs alimentaires de la luzerne déshydratée

Chaque matière première présente un profil nutritionnel spécifique. L'éleveur doit donc en combiner plusieurs pour apporter aux animaux ce dont ils ont besoin.

L’énergie est le nutriment principal recherché en alimentation animale.

L'énergie apportée par la luzerne est principalement constituée par les parois cellulaires. Pour estimer cette énergie, on mesure la digestibilité de la matière organique (dM0) : plus cette valeur sera élevée, plus la luzerne apportera d'énergie. En général, notamment pour la vache laitière, l'éleveur recherche une luzerne présentant la valeur énergétique la plus élevée possible.

Autre nutriment central dans l’alimentation des animaux : la protéine.

La luzerne est connue pour sa richesse en protéines, dont la production peut atteindre 2 à 3 tonnes par hectare de culture. Là aussi les besoins sont différents d'une espèce et d'un stade physiologique à l'autre. Les vaches laitières hautes productrices consomment ainsi des luzernes qui apportent entre 18 et 23% de protéines (sur sec) quand le lapin ne nécessite pas de luzerne au-delà de 17% de protéines.

Les ruminants ont également besoin de fibres, plus encore dans les élevages à haut niveau de production, pour lutter contre l'acidose.

Plus une luzerne est riche en protéines, moins elle sera riche en fibres (que l'on peut estimer par la mesure de la « cellulose brute »). Constituées par les parois végétales de la luzerne, les fibres sont composées d’hémicelluloses, de cellulose et de lignines.

Ce sont les parois végétales de la luzerne qui constituent les fibres.

Pour affiner la caractérisation des matières premières et, donc la précision des apports, la valeur « cellulose brute » est de moins en moins utilisée au profit de mesures plus précises comme les valeurs de fibres Van Soest : NDF (hémicelluloses + cellulose + lignines), ADF (cellulose + lignines), ADL (lignines).

Autre fraction nutritionnelle présente dans la luzerne : les xanthophylles et le carotène, qui appartiennent au groupe des caroténoïdes. Très proches du point de vue chimique, ces composants n'ont cependant pas la même utilité en élevage. Ainsi, les xanthophylles sont recherchées pour leur apport en pigments naturels (lutéine).

Le carotène est plutôt recherché dans le domaine de la santé, car il s'agit d'un précurseur de la vitamine A, ayant un effet sur la fertilité. Ces molécules sont très fragiles, car elles sont très sensibles à la lumière et à l'oxydation.

Elles font donc l'objet de soins très attentifs au moment de la récolte.

Afin de proposer des produits encore plus riches, demandés par le marché, des procédés d'extraction complexes sont mis en œuvre dans les usines de déshydratation.

Également riches en matières minérales, d'autant plus qu'elles sont plus riches en protéines, les luzernes déshydratées apportent notamment du calcium. Son rôle est bien connu dans la croissance et l'entretien du squelette et il intervient aussi dans le bon fonctionnement du rumen, en tant que substance tampon.

La luzerne constitue également une source de phosphore très assimilable (en comparaison avec celui qui est présent dans les céréales), de magnésium et de potassium.

Lorsqu'il croise les besoins des animaux et les apports des différentes matières premières pour optimiser la formule d'un aliment, tout utilisateur doit savoir précisément ce qu'il fait et ce qu'il peut faire. Il doit donc pouvoir compter sur des produits les plus constants possibles.

Source : http://www.abc-eleveurs.net/elevages/dossiers/361-la-luzerne-deshydratee-qualites-commerciales-et-interet-alimentaire

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters