espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

Le Groupage des vêlages en allaitant : pourquoi ?

Lectures : 170715 mai 2014

Aujourd’hui, davantage d’éleveurs allaitants souhaitent partir en vacances.

En 2010, 6000 exploitations 
françaises ont plus de 100 vaches allaitantes et dans certaines régions (zones herbagères du Charolais et Limousin) c’est le cas pour 1 exploitation sur 10. Dans ces exploitations, la nécessité de programmer les vêlages pour se réserver des périodes d’absence est d’autant plus importante.
D’autres raisons justifient 
cette programmation.

groupage velage 500

Des broutards mieux vendus

L’organisation du travail se trouve facilitée par des vêlages groupés.
En monte naturelle, le choix du reproducteur peut-être optimisé et, en insémination, le groupage des chaleurs permet aussi une séance unique d’IA.
La surveillance des chaleurs est plus problématique qu’en élevage laitier où les vaches sont vues au minimum deux fois par jour au moment de la traite.
Or pour grouper les vêlages, on doit bien sûr grouper les chaleurs. Certaines méthodes de groupage des chaleurs permettent d’inséminer à moment fixe par rapport aux manipulations de synchronisation et donc de se passer de cette détection délicate des chaleurs.

Enfin, la vente à un meilleur prix des broutards à certaines périodes de l’année incite à avoir le
maximum d’animaux disponibles à cette période,… nés 6 à 10 mois plus tôt.
En juin 2013, le mâle Charolais U de 6-12 mois de 350 Kg se vendait plus de 2,80 €/Kg. Ces veaux étaient issus de vaches toutes fécondées en décembre-janvier !

Une meilleure gestion sanitaire

Le groupage des chaleurs permet aussi de gérer son troupeau par lot. Rassemblés en lots homogènes en âge et en poids, les veaux pourront être alimentés de façon plus rationnelle et le microbisme ambiant du lot pourra être mieux maîtrisé. En effet, bien souvent, l’introduction d’un jeune veau non immunisé dans un lot de veaux plus âgés conduit à un risque accru de maladie car il est soumis à une pression infectieuse (due à l’excrétion des microbes par ses congénères plus âgés) qu’il ne peut combattre par son système immunitaire non « rodé » ; la vaccination pourrait permettre d’accélérer l’acquisition de cette immunité.
En plus, il est beaucoup plus pratique de vacciner tout un lot de veaux du même âge.

Des performances améliorées

Si le groupage permet une meilleure organisation du travail, il permet aussi une meilleure rentabilité de l’élevage. Dans son référentiel 2011, Bovins Croissance analyse l’effet du regroupement des vêlages. En race Charolaise, par rapport aux troupeaux qui ont moins de 60% de vêlages groupés sur une période de trois mois (donc des vêlages étalés), ceux qui ont plus de 90% de ces vêlages regroupés ont en moyenne un intervalle vêlage-vêlage (IVV) réduit de 17 jours, un taux de mortalité avant sevrage de 3.5 points en moins (8.1% au lieu de 11.6%) et 129 gr de GMQ calculé à 210 jours en plus.

Avec un coût d’entretien d’une vache vide à 1€ par jour et le prix du broutard à 2.70 € /kg vif, c’est 6000 € en plus, dans un troupeau de 65 mères (60 vêlages si taux de gestation à 92 %) pour ceux qui groupent les vêlages.
Quelle que soit la race concernée les mêmes conclusions s’appliquent.

Source : http://www.abc-eleveurs.net/elevages/dossiers/983-le-groupage-des-velages-en-allaitant-pourquoi

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters