espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

Hébergement : le confort est de rigueur

Lectures : 94115 mars 2015

Chez cet éleveur de Dordogne, les performances des veaux ont nettement progressé grâce au réaménagement de la salle de tétée.

hebergement confort-530

Seul sur son exploitation de 75 hectares, pour une production de 43 veaux sous la mère, avec 45 mères - 37 Limousines et 8 tantes normandes et montbéliardes - notre éleveur a voulu optimiser ses conditions de travail, en passant d'une étable entravée avec cases à veaux sous un plafond bas, à une salle de tétée en logettes alternées de 18 places. « Ce système évite la manipulation contraignante des veaux à la corde. Dorénavant, les vaches viennent à eux. J'effectue un premier passage avec les mères, puis un second avec les tantes. Ce type de logement permet également de se faire remplacer plus facilement. Je prends ainsi dix à quinze jours de vacances », précise l'éleveur.

Un bâtiment aéré, clair et spacieux

En rénovant le logement des veaux, l'exploitant a gagné sur les deux tableaux. Non seulement il a simplifié et facilité son travail, mais il a aussi amélioré les performances des veaux. « Depuis le réaménagement, j'ai moins de diarrhées, moins de frais vétérinaires, les veaux tètent mieux et j'obtiens de meilleurs poids de carcasse, qui sont passés de 120 kg à 160 kg pour un âge moyen à l'abattage de 5 mois, sans modifier d'autres pratiques », remarque-t-il.

En réorganisant le bâtiment, le renouvellement de l'air a été amélioré. Les veaux ont besoin d'air de bonne qualité et en quantité suffisante, sans pour autant engendrer de courants d'air. Si cela n'est pas possible naturellement, il peut être nécessaire d'installer des extracteurs.

Le bâtiment est d'autre part beaucoup plus clair qu'auparavant. Les cases d'une dimension de 1,80 x 2 mètres, très ajourées, accueillent deux veaux. « Ils sont beaucoup plus calmes. Je fais également attention à ce qu'ils n'aient pas accès à des sources de fer parasite par les parois et les barrières des cases », poursuit l'éleveur.

Une mise à l'herbe progressive

La mise à l'herbe peut être perturbante pour le veau et entraîner des diarrhées, conséquence d'un lait plus chargé en azote soluble qui empêche sa coagulation. C'est pourquoi, notre éleveur effectue une mise à l'herbe graduelle des mères. Il commence par les lâcher trente minutes à une heure lorsque la rosée est tombée et augmente progressivement la durée sur une quinzaine de jours. L'été et l'automne, l'enrubannage étant nécessaire, la transition est déjà préparée pour la rentrée hivernale.

Chiffres clés

  • 50 hectares de prairies

  • 25 hectares de céréales (tournesol, maïs, blé, orge, triticale)

  • 100 % monte naturelle, vêlages toute l'année et renouvellement effectué par achat de génisses pleines.

Source : Panorama de presse Réussir Bovin viande

Source : http://www.abc-eleveurs.net/materiel/dossiers/1298-hebergement-le-confort-est-de-rigueur

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters