espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

Un godet désileur, distributeur et mélangeur

Lectures : 657516 janvier 2013

godet vache 200

Plus petit en volume mais tenant la comparaison avec une désileuse-mélangeuse, le godet mélangeur s'avère être la solution économique à l'achat et en entretien.

Dans un souci de réduire leurs charges de mécanisation, bon nombre d'exploitations préfèrent investir dans un godet désileur-mélangeur plutôt que dans une coûteuse désileuse-mélangeuse. Même si le volume du godet est moins conséquent, il présente l'avantage de n'utiliser qu'un seul engin motorisé: un tracteur, un chariot télescopique ou un valet de ferme.

Le godet mélangeur distribue toutes sortes d'aliments, à savoir les ensilages de maïs, d'herbe, les concentrés, la pulpe, les céréales, ou les betteraves... Seul bémol, les fibres longues : foin et ensilage d'herbe à l'autochargeuse ne sont pas tolérées. Enfin, la plupart du temps, il s'agit de mélanger une ration constituée de 2/3 d'ensilage de maïs, 1/3 ensilage d'herbe avec du concentré.

Moins de temps morts

En termes de performance, le godet n'a pas à rougir face aux autres systèmes de désilage et de distribution, même en ration complète pour de gros élevages. Ses performances sont à calculer sur un chantier global. Il évite de nombreux temps morts (changements de tracteur, attelage/dételage de la remorque...).

Les godets mélangeurs s'illustrent par leurs faibles coûts à l'achat et en entretien.

Un attelage possible sur tous véhicules

Le godet peut être utilisé aussi bien sur le relevage arrière que sur le relevage avant du tracteur. Cependant, en position frontale, l'angle de cavage pour la distribution et la hauteur de désilage sont souvent insuffisants. Il faut alors avoir recours à un châssis hydraulique. On peut également atteler le godet sur le chargeur frontal du tracteur, sur un valet de ferme ou bien encore plus couramment en bout de mât de chariot télescopique. Toutefois, il faut veiller à respecter les capacités suivant le type d'attelage et l'engin utilisé. Un chargeur frontal se limitera généralement à un modèle de 2 m3. L'attelage trois points du tracteur se contentera d'un modèle de 3,5 m3. Les plus gros modèles, 4 m3 et plus, sont réservés à des télescopiques d'une capacité de levage de 4 tonnes.

Mélanger puis distribuer la ration avec le même organe

C'est le système de mélange en lui-même qui permet la distribution. Celle-ci s'effectue généralement d'un seul côté ou des deux, en option. De larges ouvertures de part et d'autre du godet et un cavage suffisant assurent une distribution homogène. Ensuite, c'est la vitesse d'avancement qui fait varier la quantité. En France, seules deux marques proposent un godet désileur-distributeur mélangeur. L’une propose un système à pales en Hardox, entraîné par deux moto-réducteurs hydrauliques. Le nombre de pales et le diamètre du dispositif varient suivant la largeur et le volume du godet. Par exemple, un modèle de 2,6 mètres de large (3,4 m3) bénéficie de seize pales. Le diamètre du mélangeur est donc de 980 mm. Avec des modèles disponibles sur attelages trois points de tracteur, sur télescopique et plus récemment sur valet de ferme et chargeur frontal. Néanmoins, quel que soit le modèle équipé d'un rotor, un débit hydraulique de 50 l/minute est nécessaire. L’autre marque propose un système différent, équipé de vis à double spire également entraînée hydrauliquement. La longueur de la vis est identique à celle du godet. En revanche, suivant la gamme, le diamètre du dispositif de mélange est de 900 mm ou 1150 mm.

Des matériaux spécifiques pour une résistance et un poids optimisés

Le godet doit être le plus léger possible pour permettre une charge maximale. Pour cela, certains constructeurs n'hésitent pas à utiliser, pour des éléments du godet, des aciers tel que l'Hardox, léger mais très résistant.
Par ailleurs, la profondeur du godet et l'angle de cavage sont déterminants. Plus le centre de gravité est proche du tablier, moins il y a d'effort pour le cavage. Actuellement, la gamme de godets mélangeurs présente sur le marché varie de 1,7 m3 (2 m) à 4,6 m3 (2,8 m) pour les plus gros modèles.

Le rotor plus cher mais plus efficace

Le désilage peut s'effectuer, suivant les constructeurs, par des doigts fixes, solution la moins chère mais aussi la moins pratique, avec une reprise au sol au godet. Le godet peut également recevoir une griffe hydraulique, plus ou moins évoluée, avec par exemple un système à quatre vérins pour actionner la griffe d'avant en arrière. Mais la « palme d'or » revient au rotor mobile. Remplaçant les doigts de la griffe, Il est entraîné hydrauliquement. Suivant les constructeurs, le sens de rotation n'est pas le même. Les fers plats biseautés du rotor ne dénaturent pas le maïs. Le système à rotor est le seul à laisser un front d'attaque et un fond de silo propres. Son coût à l'achat reste 2,5 fois supérieur à celui d'une griffe, soit un prix de revient d'environ 3 000 à 3 500 euros. Rappelons toutefois que ces godets, même équipés de griffes, ne sont pas conçus pour la manutention.

Des commandes plus ou moins évoluées

En cabine, il est possible d'utiliser le godet à l'aide de commandes téléflexibles. Ce système demande un temps d'adaptation et ne permet pas à un chauffeur novice d'utiliser le godet.

A contrario, le boîtier électronique, nettement plus simple d'utilisation, permet une approche plus aisée par tous mais représente un coût supplémentaire d'environ 1000 euros.

Panorama de presse - Réussir Lait

Source : http://www.abc-eleveurs.net/materiel/dossiers/313-un-godet-desileur-distributeur-et-melangeur

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters