espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

Stabulation logettes + caillebotis ou aire paillée : comparer avant de décider

Lectures : 286521 novembre 2014

vache logette 350

Pour donner des repères aux éleveurs situés en zone de montagne qui réfléchissent à un projet de construction et s'interrogent sur le coût de fonctionnement de différents types de bâtiments en rapport avec les besoins en paille, il est intéressant de comparer le système de fonctionnement de deux stabulations libres, radicalement différentes pour ce qui est de leur consommation en paille:

  • la stabulation libre avec aire paillée intégrale

  • la stabulation libre avec logettes sur caillebotis où seules les cases des veaux sont sur litière paillée.

Dans les deux cas, il s'agit de bâtiments permettant de loger 67 vaches suitées en tablant sur une durée d'hivernage de 200 jours, durée habituelle dans les zones de montagne avoisinant 1 000 mètres d'altitude où les animaux rentrent à l'étable courant novembre et ne ressortent que début mai.
Pour notre comparaison, nous sommes partis sur une fosse de 600 m3 pour le bâtiment sur caillebotis.

Paille et gestion des effluents

Si on analyse le seul montant de l'investissement pour construire et utiliser au quotidien ces bâtiments (y compris le mixeur à lisier et la pailleuse), la balance penche sans surprise très nettement en faveur de l'aire paillée intégrale. Malgré la construction du hangar pour abriter la paille et l'achat de la pailleuse, cette solution est alors de très loin le système le moins coûteux. La réalisation de la fosse à lisier associée aux caillebotis représente un investissement de départ beaucoup plus conséquent.

Mais l'intérêt est de faire une analyse sur le long terme du coût de fonctionnement de ces deux bâtiments, en prenant en compte le coût supplémentaire lié à l'achat de la paille et à la gestion de l'épandage des fumiers et lisiers, puisque toute la paille utilisée est achetée à l'extérieur compte tenu de l'altitude. Pour cette stabulation paillée de 67 places, la quantité nécessaire est de 107 tonnes/hiver à raison de 8 kg/vache/jour, contre 10 tonnes/hiver pour les parcs à veaux dans le bâtiment sur caillebotis.

Tarifs cuma pour l’épandage

Les préconisations habituelles sont de 8 à 10 kg par vache suitée et par jour, pour ce type de bâtiment avec la nécessité de prendre en compte la nature des fourrages composant la ration de base et la part plus ou moins importante d'ensilage d'herbe ou d'enrubannage. Le coût de l'épandage des lisiers et fumiers à proximité des bâtiments correspond aux tarifs Cuma.

Nous avons considéré que la stabulation est curée deux fois dans l'hiver avec stockage du fumier en bout de champ, puis épandage à l'automne. A raison de 9 tonnes par benne et trois voyages par heure, cela nécessite 60 voyages pour le curage des aires paillées, puis 50 voyages pour ensuite reprendre le fumier en début d'automne afin de l'épandre sur les prairies. La vidange de la fosse est réalisée avec une tonne à lisier de 10 000 litres et 74 voyages sont nécessaires.

C'est en chiffrant ce coût de fonctionnement dans la durée que le bâtiment sur caillebotis démontre tout son intérêt. La somme consacrée à la paille paie pratiquement le montant des annuités, avec aussi à considérer qu'au bout de vingt ans, il n'y aura plus d'annuités à régler pour le bâtiment caillebotis + logettes, alors qu'il faudra toujours acheter de la paille pour l'aire paillée intégrale.

Source : Panorama de presse Réussir

Source : http://www.abc-eleveurs.net/materiel/dossiers/411-stabulation-logettes-caillebotis-ou-aire-paillee-comparer-avant-de-decider

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters